EXPOSITIONS

bizarre

 

 

du 11 mars au 22 avril 2017

 

Une programmation bizarre. Poétique, en clin d’oeil à Jacques Prévert. Surréaliste.

Surprenante. Mystérieuse.

Qui laisse « Baba ».

On appelle souvent bizarre, ce qu’on n’a pas encore vu, ce qu’on ne connaît pas, ce qui est trop en avance, ce qui ressemble à un rêve, ce qui nous fait un peu peur, ce qui nous interroge et nous remue beaucoup. N’est-ce pas une définition de l’art ?

Du biz’art.

Avec un danseur fin comme un elfe russe. Rude et farineux comme un sorcier. (Merci à la scène nationale d’Aubusson qui nous l’a fait découvrir). Avec une lanceuse de couteaux roulée comme une bucheronne, qui affronte la mort.

Avec une exposition (hommage à Jacques Carelman) qui présente des objets introuvables et qui pourtant existent. Des objets rieurs qui détournent notre quotidien.

Bizarre.

 

 


 

 

2 SPECTACLES POUR UN SAMEDI

samedi 11 mars 2017

3 séances : 16h30 / 18h30 / 20h30

Tarif programme double (“Missy Messy et Caterina” et “Dumy Moyi)”

Tarif 16€, 6€, 4€ / Spectacles conseillés à partir de 12 ans / Durée de la séance : 1h environ

(10 min + entracte + 30 min)

 

 

 

Lanceuse de couteaux mystèrieuse

MISSY MESSY ET CATERINA

Morgane Defaix et Missy Messy

 

Missy Messy et Caterina, est un nouveau duo comme on n’en a jamais vu ! Un duo précis et implacable. Une lanceuse de couteaux et son partenaire improbable : la mort avec un chapeau fleuri et un grand rire.

Un duo comme on n’en voit pas tous les jours : une lanceuse de haches et la mort représentée en dessin animé projetée sur un mur en bois. La mort en film d’animation face à des couteaux bien réels. La mort épinglée comme un papillon.

Du rire et du frisson garantis.

Ce spectacle est né de la rencontre de deux femmes : la rencontre d’une artiste de cirque et d’une créatrice de films d’animation en papier découpé. La première aime les émotions fortes en direct, la deuxième crée les émotions au fur et à mesure des enregistrements. Le goût du geste les rapproche, l’extrême précision les accorde, une même rage poétique les réunit.

Durée 10 min

 

Avec Missy Messy la très fameuse lanceuse de couteaux / Film d’animation Morgane Defaix / Écriture Frédéric Blin, Morgane Defaix, Laurie-Anne Estaque et Missy Messy / Création musicale et sonore (live) : Pierre Omer / Régie générale, son et lumières Frédéric Blin / Regard intérieur Laurie-Anne Estaque

 

Production : Quartier Rouge.

Projet bénéficiant du dispositif d’aide à la coproduction de la région Nouvelle-Aquitaine.

 

 

 

Danse - performance

ДУМИ МОÏ - DUMY MOYI

Compagnie Vlovajob Pru - François Chaignaud

 

dumi

 

 

Certains spectacles, ne sont pas des spectacles.

Ce sont des moments qui deviennent des moments de notre vie.

Des moments stupéfiants, qui laissent sans mots.

Dumy Moyi est de cette veine.

François Chaignaud interprète ce spectacle. Il est un sorcier et un danseur étoile qui a dans ses gestes l’histoire de l’humanité : de la cérémonie des cavernes aux dorures du Bolchoï.

Il est aussi un homme puis une femme, puis un homme…

Il est indien.

Il est un chanteur et en même temps une chanteuse.

Il envoute.

Il se transforme devant nos yeux.

François Chaignaud est un monde à lui tout seul.

 

« (...) Il fallait une vrai étoile, François Chaignaud fut celle-là. Dumy Moyi est une revue de poche aux effets maximaux. Emplumé, le danseur se réincarne en divinité indienne avec une touche excentrique presque burlesque. Il raconte avoir assisté à des cérémonies sacrées de theyyam en Inde et en avoir tiré un fil jusqu’à la danse moderne. Un éblouissement magnifié par le Come away de John Dowland que Chaignaud fredonne avant de disparaitre.» Philippe Noisette, Les Inrockuptibles, 2013

Durée 30 min

 

Conception / interprétation François Chaignaud Costumes Romain Brau / Conception lumières Philippe Gladieux / Régie Anthony Merlaud / Conseil musical Jérôme Marin / Adaptations - chef de chant Antoine Bernollin / Mixage son Jean-Michel Olivares / Remerciements Viktor Ruban, Cecilia Bengolea, Christelle Hano, Philippe Laboual, Philippe Blanc, Pascal Quéneau.

 

 

Spectacle créé pour le Festival Montpellier Danse 2013 Production : Vlovajob Pru. Coproduction : Festival Montpellier Danse 2013, Festival d’Automne à Paris, Centre de Développement Chorégraphique Toulouse / Midi-Pyrénées, Gessnerallee Zürich, deSingel Internationale Kunstcampus (Anvers), Ménagerie de Verre (dans le cadre du Studiolab, laboratoire de recherche). Vlovajob Pru est subventionné par la DRAC Rhône-Alpes, le Conseil Régional de Rhône-Alpes et reçoit l’aide de l’Institut Français et de l’Institut Français – Ville de Lyon pour ses projets à l’étranger. François Chaignaud et Cecilia Bengolea sont en résidence longue au CDC l’Echangeur – Picardie (2014-2015-2016) et artistes associés à Bonlieu, scène nationale

d’Annecy à partir de 2016.

http://vlovajobpru.com/la-compagnie

 

 


 

EXPOSITION 

BRICOLART

Clin doeil à Jacques Carelman 

et à son catalogue dobjets introuvables

Travaux des ateliers Bricolart encadrés par Jérémie Garry (ENSA)

visuel

 

 

 

 

Exposition du 14 mars au 22 avril 2017 à La Mégisserie

entrée libre

 

Jacques Carelman est un illustrateur, graphiste, inventeur d’objets introuvables et pataphysicien (en hommage à Alfred Jarry). A la fin des années 60, il a créé « le catalogue d’objets introuvables » (en s’inspirant du célèbre « catalogue de la Manu ») sorte d’album d’ustensiles pouvant servir dans la vie courante. Leurs caractéristiques communes sont qu’ils sont le fruit de l’imaginaire de Jacques Carelman et qu’ils sont improbables, poétiques, humoristiques et si proches du vrai.

Au cours de la saison 2016-2017, Jérémie Garry, constructeur polyvalent de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges, a animé à La Mégisserie et à l’ENSA des ateliers de bricolage artistique d’après et autour de l’oeuvre de Jacques Carelman.

Parallèlement, à l’ENSA, un atelier d’initiation au design, mené par Corentin Ferbus et Fabian Gental a oeuvré à la conception scénographique de l’exposition, à sa charte graphique et à la création de l’affiche. 

Le résultat de ces ateliers est présenté à l’occasion de cette exposition : parapluie inversé pour pays secs, cafetière pour masochiste, machine à écrire « l’injurieuse », tandem convergent, vélo d’appartement à sensation, enclume en porcelaine...

Une exposition qui donne à rire et qui invite à poser un regard malicieux mais toujours bienveillant sur la folie de notre monde.

Les participants amateurs à ces ateliers sont chaleureusement remerciés pour leur contribution à la réalisation de l’exposition !

 

 

vernissage mardi 14 mars 2017, 18h30 à La Mégisserie

 

Ouverture au public

mardi au vendredi : 9h-12h et 14h-18h / samedi : 14h-18h

 

 

 

Exposition co-réalisée par La Mégisserie et l’ENSA Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges 

ENSA

et en partenariat avec La Ressource Rit Limoges/St-Junien

 

logo-partenaire

 

 

 

tous-etranger

 

du 2 au 20 mai 2017

Nous sommes tous des femmes et des hommes migrateurs. Notre vie de

femmes et d’hommes vient de particules d’étoiles qui se sont déposées

pendant des milliards d’années sur la Terre, nos ancêtres préhistoriques

viennent d’Afrique et d’Asie, nos grands-parents, nos parents arrivent

d’Italie, d’Espagne, d’Algérie, du Sénégal, de Turquie, du Portugal, d’Allemagne,

du Danemark, de Russie, du Burkina…

Une programmation de spectacles et d’exposition pour dire, nous sommes

tous des étrangers et nous sommes tous d’ici, nous sommes la richesse

du monde.

 

 


Exposition tous-etranger

 

UN PEINTRE SYRIEN

Monif Ajaj

 

expo-syrien

 

 

du mardi 2 au samedi 20 mai 2017

Vernissage mardi 2 mai à 18h30

Entrée libre / Horaires d’ouverture de La Mégisserie : 9h-12h / 14-18h du mardi au vendredi
et 14h-18h le samedi

 

Monif Ajaj a fui la Syrie pour vivre, et habite en Dordogne. Un peintre de son pays, de ses habitants, de ses tortionnaires, du marché, des gens qui téléphonent, de son président dictateur, des jeeps qui rodent, de ses tanks ensanglantés, de la vie fragile. Monif Ajaj est un peintre, formé à Moscou, puis en Biélorussie au temps où la Syrie était amie de l’URSS. Un peintre d’une grande technique et d’une grande liberté. Un peintre, un dessinateur, un aquarelliste, un mémorialiste qui écrit avec des pinceaux l’histoire de son pays. Qui dessine, colorie fortement ou légèrement ses aquarelles, et peint de grands tableaux précis qui bouillonnent de violence et d’incompréhension.

 

 

 


 

Musiquestous-etranger

 

BIP - MANDINGO RAIL BAND

Mangane et Christian Bocande

mandigo

 

du mardi 2 au dimanche 7 mai 2017

Entrée libre / Tout public / Durée 50 min

Le calendrier détaillé des représentations à Saint-Junien et dans les communes proches sera établi et communiqué en cours de saison 

 

 

Un voyage musical un peu spécial. Un voyage dans l’histoire et la musique africaines qui suit les rails de la ligne de chemin de fer de Dakar à Bamako.

 

Cette ligne construite entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème par l’administration coloniale française, fit de Thiès, un « noeud » ferroviaire, une ville - passage incontournable où de nombreux ouvriers maliens, guinéens, peuls, sont venus s’installer avec leurs familles pour travailler et sont restés… suivis par des commerçants venus de Mauritanie sur leurs dromadaires…

Tous ont transporté avec eux leur musique, leurs chants, leurs histoires…

Un train est aussi un instrument de conquête. Construit par les Blancs pour soumettre les Noirs, il servira aux Noirs à prendre à leur tour le pouvoir. Ce foisonnement culturel mandingue et cette histoire traversent l’univers musical de Mangane, musicien qui est né justement à Thiès… Il a ainsi imaginé spécialement pour La Mégisserie, avec son comparse Christian Bocande, casamançais devenu parisien, le Mandigo Rail Band, reliant le passé à notre monde métisse. Ils chantent le répertoire de groupes mythiques, l’histoire de résistants magnifiques devenus héros nationaux mais dont on ne connaît ici même pas le nom (Samory Touré, Lat Dior) et frères des tirailleurs sénégalais de nos deux guerres mondiales dont de nombreux petits fils ont choisis la France comme terre d’existence…

Un BIP pour dire et dire encore que tout nous rassemble, d’où que nous soyons, où que nous vivions…

 

Si vous souhaitez accueillir ce BIP, chez vous, à la maison, dans les cafés, les bibliothèques… merci de contacter Mariella Grillo / 05 55 02 65 73 /  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Chant, guitare, balafon... Mangane / Basse et choeur Christian Bocande Création en mai 2017 à lLa Mégisserie autour des compositions de Bembeya jazz avec Demba Camara / Laye Mboup / Touré Kunda / Kouyaté Sory Kandia / Orchestra Baobab / Rail band de Bamako … et de Mangane

 

Projet bénéficiant du dispositif d’aide à la coproduction de la région Nouvelle-Aquitaine.

 

 

 


 

 

 

Théâtre ambulant en bus tous-etranger

 

 

 

MENDEL SCHAINFELD,

 

LE 2ème VOYAGE À MUNICH

 

Théâtre de l’Echappée - François Béchu

 

 

 

mendel

 

à La Mégisserie, à Saint-Junien et à Rochechouart

(les lieux d’implantation du bus seront précisés ultérieurement)

mardi 9 mai 2017, 19h

mercredi 10 mai 2017, 15h

jeudi 11 mai 2017, 19h

vendredi 12 mai 2017, 19h

samedi 13 mai 2017, 10h30 / 15h / 19h

lundi 15 mai 2017, 15h

 

représentations scolaires

mardi 9 mai 2017 / 9h30 et 14h

mercredi 10 mai 2017 / 10h

jeudi 11 mai 2017 / 9h30 et 14h

vendredi 12 mai 2017 / 9h30 et 14h

lundi 15 mai 2017 / 9h30 et 14h

 

Tarif spécial 10€, 6€, 4€ (hors Carte Mégisserie) et Tarif scolaire / Tout public à partir de 12 ans / Durée 55 min

 

 

 

Les massacres n’ont pas de temps, le racisme et l’intolérance n’ont pas d’époque, l’étranger qui fait peur est éternel.

Tout ceci n’est pas réjouissant mais il ne faut pas se voiler la face, et il faut le dire et le redire, partout, la haine de l’autre peut entrainer les pires des guerres. 

La haine de la couleur de l’autre, du voisin, du différent, insidieuse, qui rentre lentement par nos oreilles, au coin des télés, des cafés, au coin de notre quotidien, entraine les humiliations, les pires des rejets, les génocides, les assassinats. Il faut le dire et le montrer pour empêcher, dire que tout ça (génocide juif, génocide arménien, génocide rwandais, assassinat des homosexuels, lapidations des femmes, liquidations des opposants…) a déjà existé, existe et que nous en sommes proches ?

La voix de Monsieur Mendel Schainfeld qui part pour son 2ème voyage à Munich n’est malheureusement pas l’écho d’une époque barbare révolue : elle est celle des désespérés qui subissent la barbarie d’aujourd’hui. Elle est celle d’un homme simple à qui on a pris un bout de sa vie il y a 70 ans. Et il eut de la chance ! De revenir. Mendel Schainfeld dans ce spectacle intime, est là à côté de nous pour nous raconter. Un compagnon de voyage de train, juste le fauteuil à côté du nôtre. Un témoin et un homme blessé qui va chercher quelques papiers qui diront ce qu’il a vécu et qui l’empêche de vivre.

Un homme simple, notre voisin de train, pris dans le broyeur du fascisme, pris avec sa famille, emmené loin de chez lui dans un camp.

Un homme qui témoigne de l’impensable quotidien et qui parle à chacun de nous, qui partageons son compartiment de train. Comme un camarade de voyage qui nous raconte sa vie, à coup de petits mots, de silence, d’histoires déchirantes doucement énoncées.

 

Un spectacle intime pour 20 personnes dans un compartiment de train. Un voyage d’une heure qui ne s’oublie pas.

 

« (...) François Béchu, regard perdu, visage gris, donne vie à ce témoignage. Le Théâtre ici, loin de créer la distance, rend l’histoire de Mendel Schainfeld terriblement vivante. Pas besoin de grandiloquence. Juste le regard, quelques attitudes qui montrent encore la peur. Et des mots. Très simples et très forts. Qui atteignent en plein coeur. » Y. T Ouest – France

 

 

Adaptation et conception François Béchu. Avec François Béchu, Arnaud Coutancier, Cédric Radin (ou Simon Demeslay)

 

Production : Théâtre de l’Echappée.

 

www.theatrelechappee.com 

 

 


 

Musiques tous-etranger

 

DELGRES

 

delgres

 

dimanche 14 mai 2017, 17h

Tarif 16€, 6€, 4€ / Tout public / Durée 1h15

Prévente auprès de Point Show, tel 05 55 32 39 22 - 6, rue Elie Berthet, 87000 LIMOGES

 

Du blues flambé au rhum.

Un trio qui « envoie » pour raconter une musique des racines, celles du blues du delta du Mississipi trempées à la sauce créole… Ils n’ont pas choisi par hasard de s’appeler Delgres, du nom d’un officier métis Guadeloupéen qui a combattu Bonaparte et son décret voulant rétablir l’esclavage dans les colonies…

Pascal Danae, guitariste et chanteur inspiré, a embarqué avec lui un batteur du tonnerre et un joueur de tuba-soubassophone costaud pour inventer un son chaud et riche qui nous dit que les musiques, d’où qu’elles viennent, portent en elles des histoires d’hommes et s’en nourrissent…

Une musique créole remplie d’ailleurs à la rencontre d’un monde moite et sensuel, violent, rugueux, frémissant et parfois tendre, qui, en portant aujourd’hui les souffrances d’hier touche à l’universel.

Une musique de poussière et d’espoir, avec des paroles engagées, en forme d’exutoire, libératrice, à découvrir, danser, transpirer, partager…

“Vivre libre ou mourir!

Guitare, chant Pascal Danae / Batterie Baptiste Brondy / Tuba Raphael Gouthiere

 

www.delgresmusic.com 

 

 

 

 

joursdedanse

du 4 au 11 avril 2017

joursdeDanses au pluriel, car les danses sont plurielles comme sont divers

les corps, les traditions, les pays et les univers des chorégraphes invités.

Une danse sensuelle, charnelle et physiquement engagée ; une danse révoltée,

politique et documentaire ; une danse innocente, enjouée et légère ;

une danse mystérieuse et onirique. Dansons ! Nous sommes vivants !

 

 

 

 

Dansejoursdedanse

 

 

 

 LES PÉTITIONS DU CORPS

 

Compagnie Yma - Chloé Hernandez et Orin Camus

 

 

 

petition-du-corps

 

 

mardi 4 avril 2017, 20h30

Tarif A / Tout public / Durée 1h 

PASS ÉVÉNEMENT « joursdeDanses » : 9€ la place à partir de 3 spectacles sur les 4 proposés

(Les Pétitions du corps, Toyi Toyi, L’après-midi d’un foehn Version 1, Hakanaï)

 

 

 

La nuit fait peau neuve, ils l’estampillent d’un baiser... dansé !

 

Réhabiliter le romantisme et le sentiment amoureux à la scène. Tout un programme ! Le cynisme ne passera pas par les fondateurs de la Cie Yma qui hissent haut les valeurs de l’amour, de la fougue et de la révolte. Chloé Hernandez et Orin Camus, couple à la vie et complices de création, dessinent les contours de leur première pièce collective à contrepied d’une époque désespérée ( -ante ? ). « Emportons-nous! » semblent-ils lancer comme défi aux interprètes à qui ils laissent une grande liberté. Depuis leurs débuts, ils revendiquent une danse sensuelle, physiquement engagée, puisant dans l’énergie du hip hop et le minimalisme de la danse contemporaine. L’amour tenait déjà lieu de fil rouge dans nombre de leurs duos. Leurs pétitions du corps étoffent un peu plus cette quête. Avec le baiser comme socle, le porté comme élévation, l’élan romantique comme moteur. Et une bonne part de frisson. (Stéphanie Pichon)

 

 

 

• PRATIQUE DE LA DANSE EN AMATEUR

Ce sont les chorégraphes Chloé Hernandez et Orin Camus qui encadrent cette saison le Cycle de trois ateliers chorégraphiques initié en 2014-2015. Il s’agit d’un projet de sensibilisation à la danse, à l’intention de publics différents, qui se déroulera sur trois weekends, de janvier à avril 2017. Plus de renseignements dans le cahier central « L’Ecole des curieux ».
Dimanche 9 avril 2017, 18h30. Entrée libre / Tout public

 

• RESTITUTION PUBLIQUE des ateliers chorégraphiques amateurs encadrés par Chloé Hernandez et Orin Camus

 

 

 

Conception Chloé Hernandez et Orin Camus Interprètes Tamar Daly, Silvia Di Rienzo, Chloé Hernandez, Vincent Delétang, Mihran Tomasyan, Orin Camus / Création Lumière et régie générale Sylvie Debare / Création musicale Fred Malle /Ecrivain poète Dany Moreuil / Régie son et plateau Maxime Bes

 

Production: Yma. Coproduction: L’O.A.R.A (Office Artistique de la Région Nouvelle - Aquitaine) ; le Conseil Départemental du Lotet-Garonne ; OSCART Le Cuvier - Centre de Développement Chorégraphique d’Aquitaine ; Paris Réseau Danse (Atelier de Paris-Carolyn Carlson - Centre de développement chorégraphique ; L’étoile du nord - scène conventionnée pour la danse ; micadanses ; ADDP ; studio Le Regard du Cygne ; AMD XXe) ; Le théâtre Georges Leygues de Villeneuve-sur-Lot ; L’Odyssée de Périgueux ; Le réseau de Mécénat Aquitaine Culture. En collaboration avec La Mégisserie de Saint-Junien, l’Espaces Pluriels de Pau, l’Espace d‘Albret de Nérac, le Théâtre Côté Cour de Mézin, La Ferme de Bel Ebat de Guyancourt et le l’Olympia d’Arcachon. Yma est en compagnonnage avec OSCART Le Cuvier Centre de Développement Chorégraphique d’Aquitaine, en aide à la compagnie à la D.R.A.C Nouvelle-Aquitaine et soutenue par la région Nouvelle-Aquitaine. Accueil réalisé avec le soutien de l’OARA – Office Artistique de la Région Nouvelle - Aquitaine.

LogoOARA

 

http://www.compagnie-yma.com

 

 


 

 

Danse hip-hop – Danses urbainesjoursdedanse

TOYI TOYI

Compagnie Hors Série - Hamid Ben Mahi

 

toyi

 

samedi 8 avril 2017, 20h30

Tarif 16€, 6€, 4€ / Tout public / Durée 1h05

PASS ÉVÉNEMENT « joursdeDanses » : 9€ la place à partir de 3 spectacles sur les 4 proposés

(Les Pétitions du corps, Toyi Toyi, L’après-midi d’un foehn Version 1, Hakanaï)

 

 

Toyi Toyi sonne comme un cri, une urgence de dire et de danser.

Hamid Ben Mahi, un des « piliers historiques » de la danse hip hop, aime dans sa démarche artistique se confronter à d’autres disciplines : « frotter » sa danse au théâtre, à la prise de paroles, et aux autres. Le « Toyi Toyi » est une danse de manifestation associée à des chants engagés provenant de la rue. Il était interprété par les foules Sud-Africaines lors des manifestations politiques pendant l’Apartheid.

A partir de cette danse, le chorégraphe pose un regard croisé sur l’Afrique du Sud d’aujourd’hui, une lecture chorégraphique et sensible pour 3 danseurs sud-africains originaires de Katlehong et un danseur bordelais de la Compagnie Hors Série. Il en résulte une pièce d’une énergie folle, où l’on retrouve danses de la rue et danses de la mine, hip-hop, gumboots et pantsula, au gré de la musique et des percussions des danseurs. Une pièce enlevée, un cri de protestation, un désir de partage et de reconnaissance qui convoquent la formidable énergie d’un corps collectif.

« Il s’est passé quelque chose de rare, mercredi soir. L’un de ces moments forts qui parlent au coeur et à l’esprit, qui frappent une salle d’une transe contagieuse et finissent par la mettre debout, portée par une vague de joie mêlée de reconnaissance. Ce partage unique et précieux, ce sont les quatre danseurs de Toyi Toyi qui en ont fait l’offrande au public.(...) Sur fond d’images des townships de Johannesburg, cette pièce embarque le spectateur dans le quotidien de ses habitants oubliés de l’égalité et souvent du minimum vital qui, par leur danse revendicative, demandent juste la reconnaissance de leur dignité d’hommes. Tout est dit dans ce fulgurant jeu des corps en mouvement, cette création virtuose et brillante qui fait passer chacun par des états émotionnels intenses .» Marie-Noëlle Robert, Le Populaire du Centre – 17 avril 2015

 

Chorégraphie et mise en scène Hamid Ben Mahi / Avec Steven Mpiyakhe Faleni, Frédéric Faula, Buru Mohlabane et Vusi Mdoyi / Création vidéo Christophe Waksmann / Création lumière Antoine Auger / Création son Sébastien Lamy / Architecte accompagnant à la scénographie Christophe Hutin Construction du décor Elvis Artur

 

Production : Compagnie Hors Série. En coproduction avec le CCN de Caen – Basse Normandie, le CCN de Créteil et du Valde-Marne / Cie Käfig, la scène conventionnée danse-théâtre Espaces Pluriels - Pau, Le Cuvier - Centre de Développement Chorégraphique d’Aquitaine - Artigues-près- Bordeaux, l’IDAC - Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel – Agence Culturelle de la Gironde. Soutiens : CCN d’Aquitaine en Pyrénées-Atlantiques – Malandain Ballet Biarritz (Accueil Studio saison 2014-2015), Théâtre de l’Olivier à Istres, IFAS / Institut Français d’Afrique du Sud, Ville d’Ekurhuleni (Afrique du Sud), Université de Johannesburg (Afrique du Sud). Ce projet bénéficie du Fonds d’Aide à la Création de la Ville de Bordeaux. Accueil réalisé avec le soutien de l’OARA – Office Artistique de la Région Nouvelle - Aquitaine.

LogoOARA

 

http://www.horsserie.org

 

 


 

 

Danse – Performance sans parolesjoursdedanse

 

 

 

L’APRÈS-MIDI D’UN FOEHN

VERSION 1

 

Compagnie Non Nova - Phia Ménard

 

 

foehn

 

mardi 11 avril 2017, 19h

représentations scolaires

mardi 11 avril 2017 / 10h et 14h30

Tarif B et Tarif Scolaire / Tout public de 5 à 99 ans / Durée 25 min

PASS ÉVÉNEMENT « joursdeDanses » : 9€ la place à partir de 3 spectacles sur les 4 proposés

(Les Pétitions du corps, Toyi Toyi, L’après-midi d’un foehn Version 1, Hakanaï)

 

 

 

Un ballet aérien de toute beauté. Des marionnettes en sacs plastiques colorés virevoltent tels des danseurs graciles au son de l’oeuvre de

Debussy...

 

« Combien de temps vit un sac plastique ? Entre la mélasse du pétrole et son utilisation, combien de temps ? Rien, comparé au temps où il va errer sur la planète au gré des vents et des tourbillons. Là commence sa vraie vie, celle de son autonomie, poche anonyme parmi les poches du monde entier, en route pour une éternité imputrescible ! Et surtout pourvu qu’il y ait du vent pour franchir les obstacles, pour franchir les océans et les montagnes et faire d’autres rencontres, et se frotter à de nouvelles vies. » Phia Ménard

 

Dans cette pièce tendre et poétique, les personnages en sacs plastique prennent vie devant nous, façonnés et manipulés par un danseur/marionnettiste tel un « deus ex-machina ». Avec une surprenante magie ces formes colorées volent, virevoltent, tourbillonnent en toute liberté, se rencontrent, se perdent, se retrouvent, elles sont comme un petit peuple saisi par la joie, enivré par le vent. Et c’est une véritable métaphore de l’être humain créateur qui se dégage : gestation, naissance, liberté et indépendance, détachement et séparation...

 

Une performance absolument géniale qui a reçu un Award au Festival Fringe d’Edimbourg 2013 dans la catégorie « Physical/Visual Theatre ».

 

 

Conception et écriture Phia Ménard / Assistée de Jean-Luc Beaujault / Interprétation Jean-Louis Ouvrard / Création de la bande sonore Ivan Roussel d’après l’oeuvre de Claude Debussy / Régie générale Olivier Gicquiaud / Diffusion de la bande sonore, en alternance Olivier Gicquiaud, Claire Fesselier, Ivan Roussel, Mateo Provost / Conception des marionnettes Phia Ménard – Réalisation Claire Rigaud Photographies Jean-Luc Beaujault

 

La Compagnie Non Nova est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC des Pays de la Loire, le Conseil Régional des Pays de la Loire, le Conseil Départemental de Loire-Atlantique et la Ville de Nantes. Elle reçoit le soutien de l’Institut Français et de la Fondation BNP Paribas. Remerciements chaleureux à Pierre Orefice, aux enseignantes et élèves de l’Ecole Gaston Serpette / Nantes (Maternelle et Cours Préparatoire année 2008/2009), à Pierre Watelet et Mathilde Carton du Muséum d’Histoire Naturelle / Nantes, et Pascal Leroux du Collectif la Valise / Nantes. La Compagnie Non Nova est artiste associée à l’Espace Malraux Scène nationale de Chambéry et de la Savoie, au Théâtre Nouvelle Génération - Centre Dramatique National de Lyon et artiste-compagnon au centre chorégraphique national de Caen en Normandie. « L’après-midi d’un foehn Version 1 » est la première pièce de la trilogie des « Pièces du Vent ». Elle est diffusée en parallèle des deux autres pièces « L’après-midi d’un foehn » et « VORTEX ». Second cycle du processus non exclusif I.C.E. (Injonglabilité Complémentaire des Eléments) de la Cie Non Nova.

 

www.cienonnova.com

 

 


 

 

Danse - Arts numériquesjoursdedanse

 

 

 

 

 

 

 

HAKANAÏ

 

Compagnie Adrien M & Claire B

 

 

 

hakanai

 

mardi 11 avril 2017, 20h30

 

Tarif A / Tout public / Durée 40 min

 

PASS ÉVÉNEMENT « joursdeDanses » : 9€ la place à partir de 3 spectacles sur les 4 proposés

 

(Les Pétitions du corps, Toyi Toyi, L’après-midi d’un foehn Version 1, Hakanaï)

spectacle-visuelsourd

 

  


 

 

Une pièce dansée en forme de haïkus visuels, dans une boîte où se meuvent des images vivantes. Une performance chorégraphique poétique, hypnotique et enveloppante qui puise dans l’imaginaire des rêves...

 

 

 

Dans la langue japonaise, Hakanaï définit ce qui est impermanent, fragile, évanescent, transitoire, entre le rêve et la réalité. Mot très ancien, il évoque une matière insaisissable associée à la condition humaine et à sa précarité, mais associée aussi à la nature. Il s’écrit en conjuguant deux éléments, celui qui désigne l’homme et celui qui désigne le songe. Ce collage symbolique est le point de départ de cette partition pour une danseuse rencontrant des images, faisant naître un espace situé à la frange de l’imaginaire et du réel. Les images sont animées en direct, selon des modèles physiques de mouvement, au rythme d’une création sonore également interprétée en direct. À l’issue du temps de performance, l’installation numérique est ouverte aux spectateurs.

 

 

 

« Pointillisme d’une pluie qui s’écrit doucement, torsions des courbes d’un rêve insaisissable, voile qui se caresse, se frôle du bout des doigts : c’est dans un temps impalpable que nous plongent ces créateurs, composant un univers sans jamais le nommer. Hakanaï dit le mouvement et son impermanence.

 

Les paysages sont aussi sonores que visuels, créant une respiration équilibrée de ce qui semble être une ode à la délicatesse et à la beauté de l’éphémère. Car rien ne s’impose, tout se devine, et les états de cette matière naturelle, chorégraphique et musicale, sont déclinés grâce au graphisme et aux possibilités numériques. Akiko danse le rêve, poétise l’instant, le corps nu d’intention. » Ballroom 11/04/2014

 

 

 

 

 

Conception Adrien Mondot et Claire Bardainne Danse Akiko Kajihara / Interprétation numérique, en alternance Claire Bardainne, Jérémy Chartier, Loïs Drouglazet, Rodolphe Martin / Création sonore Christophe Sartori, Loïs Drouglazet / Interprétation sonore, en alternance Clément Aubry, Jérémy Chartier, Loïs Drouglazet, Christophe Sartori, Pierre Xucla / Design-construction Martin Gautron, Vincent Perreux / Dispositifs informatiques Loïs Drouglazet / Création lumière Jérémy Chartier Regard extérieur Charlotte Farcet Costume Johanna Elalouf

 

 

 

Production : Adrien M & Claire B. Coproductions, aides et soutiens : Les Subsistances, Lyon ; Centre Pompidou-Metz. Accompagnement à la production et résidence de création : Ferme du Buisson - Scène nationale de Marne-la-Vallée ; Atelier Arts Sciences (CEA Grenoble, Hexagone Scène Nationale Arts Sciences - Meylan) ; Les Champs Libres, Rennes ; Centre des Arts, Enghien-les-Bains. Co-financé dans le cadre du programme « Lille, Ville d’Arts du Futur » visant à développer les expérimentations mêlant arts et innovations technologiques ». Accueil en résidence : Centre de création et de production de la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre (MCNN) ; Micro Mondes, Lyon. Avec la participation du DICRéAM.

 

http://www.am-cb.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fin-du-monde

 

du 16 au 29 novembre 2016

La fin du monde n’est pas encore pour demain (quoique ?), mais nous aimerions (les associations*, les particuliers, les lycées, La Mégisserie et le Ciné-Bourse qui ont élaboré cette programmation ) que la fin d’un monde soit pour bientôt : ce monde égoïste qui fait payer les pauvres et épargne les riches, ce monde qui détruit notre air, notre eau, nos forêts pour le bénéfice de quelques-uns. Ce monde qui nous prend pour des abrutis en nous disant que les paradis fiscaux n’existent plus, que c’est en licenciant plus facilement qu’il y aura plus d’emploi, que nous devons payer la dette creusée par les banquiers mais surtout pas par eux.

 

Une programmation artistique, écologique, pédagogique pendant 15 jours avec :

Une exposition, des spectacles, du cinéma, un bar alternatif, de nombreux débats, un atelier de construction de petite maison en bois…

Une programmation belle et indignée, voyageuse et aussi pleine d’humour, de mordant.

Une programmation vigoureuse pour dire « Vive le début d’un monde ».

 

*Terre de Liens, Energie Partagée, Biocoop, L’Arbre et l’abeille, Bon Sens Paysan (Tram-train), La Ressource Rit, Terres de Cabanes…

 

 

 


 fin-du-monde

 

LA MER... DESTINATION FINALE ?

Projet sur les dechets plastiques en mers

Museum für Gestaltung Zürich (Musée du Design de Zurich)

 

expo-ordures

du vendredi 7 octobre au mardi 22 novembre 2016

Entrée libre / Horaires d’ouverture de La Mégisserie

9h-12h / 14-18h

du mardi au vendredi 

et 14h-18h le samedi

 

Une exposition magistrale qui présente les ravages des déchets plastiques en mer, véritable catastrophe écologique.

 

Cette exposition présente l’invasion de la mer, des cours d’eau, de notre monde par les déchets plastiques : une monstrueuse catastrophe écologique qui nous touche tous. Les mers se transforment peu à peu en de gigantesques mers de plastique. Tous les ans, plus de 6,4 millions de tonnes de déchets plastiques aboutissent dans les mers, dont 80% via les cours d’eau. L’exposition créée par le Musée du design de Zürich, qui a été présentée à Hong Kong, Marseille, Hambourg, Gand… est accueillie exceptionnellement à La Mégisserie, à Saint-Junien. Cette exposition riche et pédagogique présente des déchets flottants, photographies, dessins, films d’animations, mais aussi les répercussions sur le monde animal et la santé humaine. Elle permet de sensibiliser sur tous les enjeux de cette pollution plastique en mer et d’expliquer comment l’enrayer notamment grâce à la réutilisation et au recyclage des objets de la vie quotidienne. Cette exposition est belle et terrible à la fois. Oiseaux aux estomacs remplis de bouchons de toutes les couleurs, poissons dévorant du plastique et terminant dans nos assiettes, couches culottes qui vivent 450 ans avant de disparaître dans les flots, plages étouffées sous les sacs multicolores… Une exposition coup de poing, qui fait prendre conscience qu’il est plus que temps de réagir, question de survie, ici et maintenant!

 

visuel1

« Il doit y avoir plusieurs tonnes de plastique. Des bidons, des bouteilles, des sacs, des filets, des tuyaux… Au fond de la salle, à la Villa
Méditerranée, une montagne de déchets, symbole du désastre 
écologique représenté par le plastique, est éparpillée au sol. Il représente l’équivalent du plastique déversé dans les mers de la planète en… une minute. (...). La scénographie est aérée et l’exposition fait la part belle aux croquis et aux chiffres pour une approche pédagogique, parfois même ludique. Des projections la complètent. L’exposition du musée du design de Zürich a déjà été présentée en Suède, en Espagne, en Egypte, au Liban, au Maroc et à Hong Kong. » 
http://www.20minutes.fr/marseille

 

 

museum  Drosos

 

 

Exposition organisée en collaboration avec la Communauté de communes Porte Océane du Limousin dans le cadre de son Agenda 21 et en partenariat avec le PNR Périgord Limousin, la Ressource Rit de Saint-Junien et de Limoges, l'ADEME, le syndicat d'Aménagement du Bassin de la Vienne et le SYDED.

Comcom  ADEME  PNR  SABV  syded  ressourcerie

 

 


 

Cinéma

 

CINEMA DES ALTERNATIVES

 

Au Ciné-Bourse

 

 

 

fin-du-monde

 

du 17 au 29 novembre 2016

 

Renseignements :

La Mégisserie, 05 55 02 87 98

Réservations :

Ciné-Bourse, 05 55 02 26 16

Tarifs Ciné-Bourse : Entier 6,90€ / Réduit 5,50€

 

  

 

Pendant 15 jours, une sélection de films, qui alerte et qui raconte des initiatives dans le monde entier pour transformer « la marche du monde » est présentée au Ciné-Bourse.

 

Des films qui ne font pas que des constats mais qui proposent des alternatives à notre manière de nous nourrir, de circuler, de consommer, de vivre. Des alternatives à l’essence, à nos banques, à notre électricité nucléaire. Des films sur des choix de vies, des chemins différents. Pour faire un grand pas de côté…

 

Avec les élèves du Lycée Edouard Vaillant, une programmation de court-métrages vous est proposée au cours de ce mois de novembre au cinéma.

 

Une soirée débat en présence du réalisateur du film « Nos enfants nous accuseront » et du maire de la commune de Barjac est organisée le 22 novembre au Ciné-Bourse.

 

 Le programme détaillé de la manifestation sera communiqué ultérieurement.

 

 

 


 

One man showfin-du-monde

 

CHRISTOPHE ALÉVÊQUE

LE TOUR DE LA DETTE EN 80 MINUTES

 

Aleveque

 

mercredi 16 novembre 2016, 20h30

Tarif 18€, 9€, 4€ (hors Carte Mégisserie) / Tout public à partir de 10 ans / Durée 1h20

 

 

Une fête de la dette comme un pied de rire aux puissants.

Une fête de la dette pour se payer sa tête, à la dette.

Une fête de la dette qui ne nous prend pas pour des imbéciles, une fête des sensés.

Une fête de la dette comme une leçon d’économie ludique franchement drôle.

Une fête de la dette avec Christophe Alévêque, qui clairement, calmement, follement, joue, explique, invente des mots, des pensées, des rapprochements lumineux.

Avec son humour, tout s’explique, peut se comprendre. Un spectacle qui rend intelligent en riant.

 

« On va s’amuser, on va rigoler, on va se tordre de rire, on va se bidonner, on va se boyauter… on va s’en payer une bonne tranche, on va se gondoler et se poiler comme des bossus, on va se tirebouchonner, on va se marrer jusqu’à se taper le cul par terre... Promis ! Juré ! Foi d’animal, intérêt et principal ! » « Rêvons, sortons de ce cercle infernal où l’angoisse entraîne le pessimisme. Vous savez quoi ? On va y arriver ! » Christophe Alévêque.

 

Christophe Alévêque propose à la fin de la première partie de dialoguer avec lui et une économiste, Danielle Soury, afin d’approfondir le sujet et de répondre à vos questions.

 

« Il était une fois, un pays où plus personne, ni même les économistes, ne comprenaient grand-chose à l’économie... A l’occasion d’une fête de la dette organisée avec dérision par le 104 le samedi 31 mai 2014, l’équipe a convié l’humoriste Christophe Alévêque afin de débattre avec le public de cette fameuse question de la dette nationale. En quelques 80 minutes, il va tenter d’analyser ces économistes qu’il considère à côté de la plaque, de comprendre leurs idées, et de donner, pourquoi pas, quelques

 

clés au problème. C’est ludique et drôle, léger et décalé. L’idéal pour parler politique. » www.sortiraparis.com

 

De et avec Christophe Alévêque Avec des points de vue d’économistes : Gaël Giraud, Thomas Piketty, Éric Toussaint, Suzan George, Thomas Coutrot…

Secours-pop

 

 


 

fin-du-monde 

ALTERNATIBAR

samedi 19 novembre 2016, 18h

Entrée libre / Tout public / Durée 2h

 

alternatibar

 

Ici, tout près, des gens changent le monde. A petit pas, à coup d’initiatives et d’amitiés, à coup de réalisations.

Ils créent une librairie-café, un lieu pour construire des cabanes, une boulangerie et un moulin, une nouvelle monnaie hors des circuits financiers, recyclent le moindre objet, inventent un nouveau train-tram pour ici, achètent des terres collectivement, transforment le soleil et le vent en énergie…

Femmes et hommes de la région, ils réalisent ce qu’ils rêvent, ils transforment le quotidien.

Pendant une soirée, chacun à tour de rôle (dix minutes pour chaque personne) à côté d’une bière locale ou d’un verre d’eau en régie municipale, ils viendront parler de leur expérience, de leur vie, de leur envie de partager avec vous. Des utopies réalisables par tous.

 

Maître de cérémonie Jean-Louis Baille de la Compagnie Les Indiscrets

 

 


 

Musiques du mondefin-du-monde

 

CIGDEM ASLAN

cigcem-aslan

 

 

samedi 26 novembre 2016, 20h30

Prévente auprès de Point Show, tel 05 55 32 39 22 - 6, rue Elie Berthet, 87000 LIMOGES

Tarif 16€, 6€, 4€/ Tout public / Durée 1h30

 

 

 

Cigdem Aslan est née à Istanbul, turque et kurde alévie, elle chante à la fois en grec et en turc.

 

Le Rébétiko est un chant né dans les ports (Smyrne, Athènes, Istanbul…). Un chant des quartiers populaires et parfois malfamés, une musique née dans les années 1920, années de guerre entre la Turquie et la Grèce, années d’exil pour des millions de personnes. Le Rébétiko, que chante merveilleusement Cigdem Aslan (chants traditionnels et compositions contemporaines), est né de toutes ces influences et de la rencontre des populations chrétiennes, musulmanes, européennes et asiatiques. Le Rébétiko de Cigdem Aslan, profond comme un blues, sombre et nostalgique comme un fado, dansant comme une jupe légère, pétillant comme sa jeune vie, chante l’exil et l’amour, la nuit et la liberté.

 

A la fin de la première partie, nous vous proposons de dialoguer avec Cigdem Aslan et… sur la situation de la Turquie et de la Grèce.

 

« C’est au Rébétiko, à la fois grec et turc que Cigdem Aslan redonne vie, somptueusement et fidèlement,dans ce magnifique album. L’artiste nous chante dans les deux langues, grecque et turque,des chansons traditionnelles, mais aussi des compositions qui reprennent les thèmes usuels du Rébétiko, […] le goût du hashish et de la boisson, les femmes libres qui préfèrent chanter dans les cabarets que se marier, l’éloge des hors-la-loi […]. Un disque exceptionnel, où d’excellents musiciensentourent, en un écrin de sonorités orientales chatoyantes, la voix chaleureuse de la jeune artisteturque. » www.babelmed.net

 

 

Chant Cigdem Aslan / Violon Michalis Kouloumis / Qanoune Nikolaos Bampas / Contrebasse Colin Somervell / Percussions Antonio Gordillo Romero

5min-avant-noel

du 5 au 17 décembre 2016

 

Des contes russes dans une petite maison en bois, du théâtre burlesque et poétique, des acrobaties amoureuses en

attendant Noël...

Un moment pour fêter l’imagination, pour faire rire les enfants, raconter des histoires au coin d’une maison en bois.

A Cinq minutes avant Noël, il y a des instants, des minutes, des moments exceptionnels pour les enfants, les parents, pour tout le monde aussi. 

A Cinq minutes avant Noël, il y a du cirque, des histoires dans une vraie maison russe en bois au beau milieu de La Mégisserie, des chansons russes et d’autres, des comédiens qui penchent et font feu de tout bois.

Pour nous réchauffer le coeur.

 

 

Théâtre sans parole

PETIT PENCHANT

Compagnie Les pieds dans le vent

 

mercredi 7 décembre 2016, 15h

représentations scolaires

lundi 5 décembre 2016 / 14h30

mardi 6 décembre 2016 / 9h30 et 14h30

mercredi 7 décembre 2016 / 10h

jeudi 8 décembre 2016 / 9h30 et 14h30

Tarif 12€, 6€, 4€ / à partir de 3 ans / Durée 45 min

sourd spectacle-visuel

 Pas de deux en pente douce, à l’usage des tout-petits, et des grands aussi…

Il penche, il penche le petit penchant porté par la compagnie belge « Les pieds dans le vent »…

Une histoire sans parole à hauteur d’homme, une histoire de découverte.

Beaucoup de poésie, de trouvailles et de drôlerie dans la persévérance que met ce duo facétieux à s’éviter, se scruter, se découvrir, se chercher et finalement à se rencontrer, confronté aux dures lois de la gravité et aux règles, plus complexes, de la sociabilité….

« J’étais là-haut… c’était nouveau.

Quelqu’un d’autre aussi… c’était qui ?

On avait peur, on s’amusait,

On inventait, on s’emmêlait,

On jouait, on se rencontrait »

 

« Petite tranche de rires vertigineuse sur un toit de paille, Petit Penchant rappelle qu’avec deux excellents comédiens, un jeu clownesque, quelques mimiques bien balancées et une mise en scène millimétrée, on peut créer un bijou. Dont la valeur repose sur une situation critique, le toit en pente, et sur l’interaction de deux êtres qui s’observent comme chien et chat. » Laurence Bertels, La Libre Belgique - 3 septembre 2014

 

 

Création collective. Mise en scène Vincent Raoult / Interprété par Julie Antoine et Eric Drabs Scénographie, accessoires, costumes Marie Kersten / Lumières Dimitri Joukovsky et Karl Autrique Musique originale Olivier Thomas / Conseils mouvements Michel Carcan /OEil complice Valérie Joyeux

 

Réalisé avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service du Théâtre et avec le soutien de La Roseraie, du Centre culturel de Rixensart et du Théâtre La montagne magique.

Prix Résonances au Festival Momix 2016.

 

https://lespiedsdanslevent.be

 

 


Arts du cirque

 

LES BUTORS

 

Cirque Hirsute

 

Butors

 

mardi 13 décembre 2016, 19h

représentations scolaires

lundi 12 décembre 2016 / 10h et 14h30

mardi 13 décembre 2016 / 10h

Tarif 16€, 6€, 4€ / Tout public à partir de 5 ans / Durée 50 min

sourd  spectacle-visuel

 

Deux drôles d’oiseaux sur une roue géante…

Avec leurs cervelles de piafs, les Butors se livrent à une parade amoureuse de haute voltige, perchés à 7 mètres de hauteur sur une invention délicieusement spectaculaire : une immense échelle rotatoire, un manège diabolique inspiré des moulins à vent et des roues de la mort. 350 kg de ferraille, d’astuces, de précision et de grâce…

Ces drôles d’oiseaux se volent dans les plumes au cours d’un rituel saugrenu, enchaînant préliminaires aériens insolites, défis ou danses décalées, et envols vertigineux.

Un spectacle virtuose, acrobatique et burlesque à la recherche de l’oiseau rare et du mystère de l’équilibre amoureux.

 

« Étrange, délicate, drôle et touchante, la mystérieuse parade amoureuse des Butors est un moment magique pour celui qui aime à la fois l’ornithologie, la chose humaine et le cirque ». Télérama

 

De et avec Mathilde Sebald et Damien Gaumet / Aide à la mise en scène Fred Blin / Coup d’oeil complice Laura Franco / Costumes Luca Paddeu

et Clémentine Chevalier / Construction structure Pierre Garabiol

 

Production: Cirque Hirsute, association du Boulon Manquant.

Avec le soutien du Conseil général de la Drôme, Conseil régional Rhône-Alpes. Accueils en résidences: la central del circ, La Cascade/maison des arts du Cirque et du Clown, la Gare à Coulisses, le Théâtre de Die, la Gainerie.

http://www.cirquehirsute.com

 

 


Installation / Conte

 

IZBOUCHKA

contes russes pour enfants de tous les âges

 

Théâtre DOM

 

Izbouchka

 

 

mercredi 14 décembre 2016, 15h

samedi 17 décembre 2016, 10h / 11h30 / 15h

représentations scolaires

lundi 12 décembre 2016 / 9h30, 11h et 14h

mardi 13 décembre 2016 / 9h30, 11h et 14h

mercredi 14 décembre 2016 / 9h30 et 11h

jeudi 15 décembre 2016 / 9h30, 11h et 14h

vendredi 16 décembre 2016 / 9h30, 11h et 14h

Tarif unique 3€ / Pour les enfants de 3 à 10 ans et leurs parents / Durée 20 min

aveugle texte

Pendant un peu plus d’un mois à La Mégisserie, avec Vera Ermakova et les comédiens du Théâtre DOM, nous allons découvrir la culture russe grâce à des contes et des légendes traditionnels, des nouvelles contemporaines, des chants, de la musique ; nous allons voyager en transsibérien, boire du thé et parfois du plus fort, nous réchauffer dans une Izba…

Il était une fois une maison en bois, pas trop grande et bien chaude. Une cabane de bois édifiée depuis 2 mois par des apprentis charpentiers à La Mégisserie. Cette cabane devient une izba pour les contes russes pendant une semaine, pour les enfants et les parents. Dans un pays où les paysans étaient souvent analphabètes, le conte fut le seul moyen d’éducation. Le petit pain Kolobok sera-t-il mangé par Soeurette Renarde ? Ivan Tsarévitch brûlera-t-il la peau de grenouille de sa fiancée ensorcelée ? La vieille sorcière Baba Yaga deviendra-t-elle enfin douce et gentille ?

Rire, avoir peur, apprendre ! Réunissons-nous dans notre petite izba, la maison russe traditionnelle, pour écouter, jouer, raconter… Viens !

 

Créé et joué par deux comédiens (en alternance) : Vladimir Barbera, Denis Boyer, Véra Ermakova, Aurore James, Elsa Ritter

Projet de Compagnie Théâtre DOM (Théâtre MAISON en russe).