Foutez-nous la paix !

Foutez-nous la paix !

à Saint-Junien, Brigueuil et Bellac

3e édition
Un festival pour la paix, ancré dans l’histoire et la géographie, populaire et engagé, local et ouvert sur le monde

2022 / CHINE & FEMMES : GUERRES ET PAIX

du 17 au 30 octobre 2022
au Ciné-Bourse, La Mégisserie, à l’Etoile Bleue de Saint-Junien et ailleurs sur le territoire

FESTIVAL ENGAGÉ

Association Foutez-nous la paix !

Impossible de ne pas avoir entendu parler de Greta Thunberg ou de Julian Assange, mais qui connaît Gulbahar Haitiwaji ou Howey Ou ? Elles ont en commun d’être exilées et de se battre pour leurs droits, pour nos droits. La première a suivi le chemin de la célèbre Suédoise en étant, à 18 ans, la première « gréviste pour le climat » en Chine, la seconde est une Ouïghoure (minorité turcophone et musulmane), rescapée du goulag chinois.

Cette année, après l’Algérie, la Bosnie et les États-Unis, Foutez-nous la paix ! a décidé de regarder du côté de l’Empire du Milieu. Les atteintes aux droits humains y sont innombrables. Si la surveillance de masse a les faveurs du régime, la liberté d’expression y est fortement limitée.
La militarisation et la colonisation frappent lourdement le Tibet et le Xinjiang où vivent les Ouïghours, accusés de tous les maux. Hong Kong est menacé et Taïwan n’est pas plus rassuré. Le regard critique n’empêche pas d’évoquer positivement la culture chinoise et plus généralement le peuple chinois au travers notamment d’ateliers cuisine et de langue ou d’une expo BD au Ciné-Bourse.

Une fresque sera inaugurée à Rochechouart en hommage à Lin Zhao, poétesse communiste exécutée en 1968. Victime de la Révolution culturelle, elle écrivait : « De mon feuillet s’écoulent des gouttes, je ne sais ce dont il s’agit. Marques de sang, traces de larmes se mélangent ». Aujourd’hui, le sang et les larmes coulent toujours pour des millions de femmes à travers le monde. Nous avons souhaité mettre en avant la révolution féministe en cours, pour en finir avec les inégalités, les violences, la société patriarcale. Aux USA, en Pologne, en Afghanistan, en Amérique latine, en France et ailleurs, des femmes luttent pour leurs droits et exigent qu’on leur foute la paix ! L’âge, l’origine réelle ou supposée, la couleur de peau, l’orientation sexuelle, le handicap, et la situation économique sont des facteurs aggravants.
On parlera violences sexuelles notamment en temps de guerre, réappropriation du corps, engagements pour la paix, auto-défense féministe, droit à l’avortement, avec, entre autres, la pacifiste libanaise Ogarit Younan, fondatrice d’une université de la non-violence à Beyrouth, et Marlène Tuininga (présidente de la section France de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté). Films, débats, théâtre, expo photo et ateliers seront au rendez-vous.

En cette année guerrière (Ukraine, Yemen, RDC, Irak, Ethiopie, Mali, Turquie, Syrie, Birmanie…), avec une France championne d’Europe de ventes d’armes, nous tenterons de donner la voix à la paix, parfois de façon légère, à l’image d’Anatole, réparateur de coeur ambulant. Et nous partirons « à l’autre bout du monde », loin du tumulte des armes, avec Emily Loizeau, en concert à La Mégisserie le 29 octobre.
On vous attend nombreux et nombreuses, pour construire des ponts plutôt que des murs…

Le Programme du festival

Dans le cadre de ce festival, retrouver le spectacle « Emily Loizeau / ICARE »
samedi 29 octobre 2022 à 21h à La Mégisserie

Programme à télécharger

CONTACT : fouteznouslapaix@mailo.com

L’association Foutez-nous la paix ! est une association basée à Saint-Junien qui a pour objet de populariser l’idée de paix tout en menant une réflexion sur la violence.

Production : Association Foutez-nous la paix !, en collaboration et avec le soutien du Ciné-Bourse, de La Mégisserie et de l’Étoile Bleue.
Avec le soutien de la Mairie de Saint-Junien, de la Communauté de Communes Porte Océane du Limousin, du Département de la Haute-Vienne, les Amis du Monde diplomatique, l’association Les Polyculteurs, les Amis du Ciné-Bourse, Esperanto-Limousin, Le Monde diplomatique, la revue Silence et l’Union Pacifiste.